Le Secret des Paris Sportifs

Il est essentiel est inévitable de comprendre et d’intégrer certains concepts mathématiques de base concernant les paris sportifs.

Il n’y a rien de pire que d’avoir de fausses idées ou avoir une vision erronée des probabilités. Cela finira toujours et inévitablement par vous faire perdre de l’argent.

L’illusion de Monte Carlo

Vous avez certainement entendu un ami ou dans votre entourage quelqu’un vous sortir une phrase similaire à la suivante « cette équipe a perdu depuis trop longtemps c’est sûr qu’ils vont gagner cette fois » Ou alors lorsque vous étiez au casino en train de jouer à la roulette « mise sur le noir ça fait 5 fois que le rouge vient de tomber donc le noir va sortir »

Dans une situation comme dans l’autre les deux arguments sont totalement faux !!!

Pour illustrer cela je vais vous donner un des exemples les plus connu qui s’est déroulé au casino de Monte Carlo il y a des années de cela.

Un beau jour le casino de Monte Carlo aurait vu sa roulette sortir 26 fois d’affilés le rouge. À partir de la 15ème fois, persuadé que le noir allait enfin sortir, tous les joueurs ont misé en masse sur le noir, et ainsi perdu tout leur argent. Nommé l’illusion de Monte Carlo, des scénario similaires se produisent tous les jours à travers les casinos du monde entier.

Alors pourquoi le noir n’a pas plus de chance de tomber après une longue série de rouge ?

Nous pouvons expliquer cela mathématiquement.

Appelons le fait de miser sur une couleur durant un seul tour un « évènement ».

Si le rouge sort à la roulette, en quoi le résultat aurait-il une influence sur l’évènement suivant ?

Les billes n’ont pas de mémoires, elles ne tiennent pas compte des résultats précédents ! on appelle cela des évènements indépendants !

A chaque nouveau tour la probabilité que le rouge ou le noir sorte est donc exactement la même !

Cet exemple est pertinent car il est aussi valable dans les paris sportifs. Nous sommes aussi dans le cas d’évènements indépendants.

Les résultats d’un match passé n’ont aucune influence sur les résultats à venir.

Alors je sais déjà qu’en me lisant vous ne serez pas d’accord avec cela. En effet si le PSG a besoin de gagner son match du jour pour se qualifier en ligue des champions tout le monde sera d’accord pour dire que la motivation sera différente et donc que les résultats passés auront une influence sur le résultat de ce soir.

Cette remarque n’est pas fausse. L’idée principale à comprendre est que même les paris sportifs sont eux aussi soumis à des règles de probabilités et que baser sont jugement uniquement en regardant les résultats précédants n’est pas une stratégie viable sur le long terme.

Quelle façon de parier est la plus rentable ?

Dois-je faire une montante ? Miser de petites sommes sur des grosses côtes ? Ou au contraire me concentrer sur des « safes » avec de grosses mises sur des côtes plus faible ?

La réponse à cette question est que aucune façon de parier est meilleur qu’une autre et nous allons le démontrer !

C’est une triste réalité mais vous ne pouvez pas battre le bookmaker pas sur le long terme du moins ! Quelques soit la technique que vous adoptiez vous retomberez toujours sur les mêmes probabilités de gagner.

En effet si vous pariez tous les jours 1€ sur une côte à 30 vous aurez tout juste un peu moins de une chance sur trente pour que ça passe. Ce qui veut dire que sur le long terme, en moyenne, pas plus de un ticket sur trente passera, sur une côte à 50, en moyenne pas plus de un ticket sur cinquante passera, et ainsi de suite.

Ainsi proportionnellement avec une cote à 2 vous aurez au maximum 1 chance sur 2 que le ticket passe et ainsi une espérance de gains exactement identiques que si vous misez tous les jours sur une côte à 30 ou 50.

Avec une côte à 1,20 vous aurez exactement au maximum la même espérance de gains au final car si sur une côte faible les chances de remporter le pari sont bien plus élevé, le gain est bien moins conséquent et donc le nombre de fois qu’il vous faut gagner sur une côte à 1,2 pour vous relever d’une défaite est bien plus important. Ainsi cela augmentera le nombre de paris gagnés, mais les gains augmenteront bien plus faiblement.

Au final cela revient au même de gagner moins de paris avec des côtes plus élevées mais gagner beaucoup plus dès que le pari passe.

Je ne veux pas vous embêter avec des mathématiques pures et très théoriques mais tout ce que je viens d’énoncer est vérifiable via des équations et probabilités.

Quoi que vous fassiez vous aurez sur le long terme dans le meilleur des cas au maximum une chance sur deux de gagner.

Pourquoi au maximum ?

Parce qu’il faut aussi prendre en compte la taxe que vous prendra le bookmaker.

Lui aussi veux sa part du gâteau.

Vous pouvez vérifier cela sur n’importe quel site de paris. En prenant l’exemple d’un pari à 2 issues avec les mêmes probabilités de résultat pour chaque issue (si Boston au basket joue contre Detroit et que les deux équipes ont autant de chance de gagner la plupart des sites de paris ARJEL proposeront deux côtes identique 1,7 pour Boston contre 1,7 pour Detroit)

Alors que dans la réalité, à force égale, et donc avec une probabilité de 1 chance sur deux, la côte de chaque équipe devrait être à 2. (On peut vérifier cela mathématiquement. Chaque côte étant de 2, la somme des côte est de 2 + 2 = 4. Ainsi en divisant une cote à 2 par la somme du total des côte de l’évènement nous avons 2/4 = 1/2. Nous avons donc démontré que nous retombons sur une probabilité de 1 chance sur 2.

Cette démonstration sert à montrer que lorsqu’un bookmaker vous offre deux côtes identiques sur un paris à 2 issues, la différence entre la côte proposé et le chiffre 2 représente la taxe que récupère le bookmaker.

Ce qui amène à la triste conclusion que les côtes proposées par les bookmakers sont toujours inférieures aux probabilités qu’elles sont censées représenter et qu’en définitif, ce sera toujours au désavantage du parieur.

Avec une réalité si négative est-il possible de gagner de l’argent sur le long terme ?

Les paris sportifs sont un investissement à risque et si vous entendez dire une personne qu’on peut gagner à 100% cette personne vous ment ! Car la seule chose de mieux que le parieur puisse faire est de limiter les risques de pertes pour ainsi avoir des probabilités de gains à son avantage.

Ainsi la clé du succès réside dans la gestion.

Très peu de gens en prennent conscience mais les bookmakers ne sont pas idiots et ont pensé depuis longtemps à trouver comment bloquer les joueurs intelligents qui ont trouvé comment se faire de l’argent. Tout simplement en limitant les mises.

Il est effectivement possible de réduire drastiquement ses risques de pertes sur le long terme en élaborant une gestion de mise progressive (martingale) avec un capital conséquent.

Par exemple en adoptant une stratégie de martingale avec un capital infini le risque d’échec se rapproche de 0 et c’est donc le gain assuré.

Pour vous prouver que j’ai raison regardez et renseignez-vous, vous verrez que tous les casinos et tous les bookmakers ont des mises maximales autorisés qui empêche au parieurs d’adopter ce genre de techniques.

C’est ainsi que nous essayons de gérer nos bankrolls en nous inspirant au plus de cette méthode que nous modifions de sorte à prendre des risques mesurés pour nous permettre de faire avancer nos bankrolls et atteindre nos modestes mais réalisables objectifs.

Conscients de la complexité de cet article n’hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions concernant les probabilités dans les paris sportifs ou si vous avez du mal à comprendre les concepts énoncés dans cet article.

Propriété intellectuelle et droits d’utilisation

Blackbet Pronos est propriétaire du contenu de cette application qu’il a mis en ligne.

Le contenu de ce site est protégé par la propriété littéraire, la convention de Berne et le code de la propriété intellectuelle, Livre I.

L’utilisation de ces articles exprime votre consentement sur les conditions d’utilisation. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ces articles par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.