paris sportifs pronostics pronostic parieur professionnel

Le parieur professionnel, mythe ou réalité ?

Le parieur professionnel est une espèce rare, le parieur professionnel se fait généralement discret. Son statut est convoité par beaucoup de personnes. Certains pensent que ce statut est un mythe, certains voient ça comme un rêve, d’autres voient ça comme une possibilité mais une poignée de gens ont réussi à en faire une réalité. Mais qu’est-ce que veut dire exactement être parieur professionnel ?

On peut désigner une personne comme étant parieur professionnel à partir du moment où sa principale source de revenu provient des gains qu’elles arrivent à se faire grâce à son activité dans le betting. Ce peut-être en faisant ses propres pronostics, en faisant du trading mais aussi en suivant d’autres tipsters et donc en copiant les pronostics d’autres personnes.

Ce n’est pas un statut réservé à tout le monde. Pour en être arrivé là, le parieur professionnel est passé par bien de chemins et a dû faire face à beaucoup de difficultés.

Les parieurs professionnels réalisent des gains, parfois conséquents, mais les gains générés sont étroitement corrélés à la somme d’argent qu’ils investissent dans les paris sportifs. Car oui, les parieurs professionnels doivent parier avec des unités de mise très élevés. Leur stratégie ne repose bien évidemment pas sur le fait de faire des combinés improbables dans lequel ils espèrent toucher le jackpot rapidement. Car ce seront plus les débutants qui agiront de cette sorte. En effet, ils ne voient pas encore les paris sportifs comme un investissement, et sont appâtés par du gain rapide et facile.

Quelle somme investir dans les paris sportifs pour espérer en vivre ?

Le bookmaker

Il est impossible de donner un chiffre précis tant les conditions sont nombreuses. Rien que le fait que vous pariez sur les bookmakers français ou les bookmakers étrangers, vous serez déjà sûr d’avoir entre 5% et 20% de gains en moins sur le long-terme si vous restez sur les bookmakers français, ce qui vous obligera à redoubler par parvenir à vaincre les bookmakers, et à avoir un taux de réussite plus élevé qu’un parieur professionnel qui parie sur les bookmakers étrangers (à paris équivalents).

Par exemple, si vous décidez d’établir une stratégie autour des over/under 2.5, vous aurez une côte moyenne de 1.60 sur les bookmakers français, mais vous auriez eu une côte moyenne de 1.70 disons sur Pinnacle. Qu’est-ce que ça veut dire ? Tout simplement qu’il vous faut un taux de réussite d’au minimum 62.5% (calcul 1/1.60), alors qu’il vous faudra un taux de réussite de 58.8% pour être au moins à l’équilibre avec une côte moyenne à 1.70. Tout ça font que les parieurs professionnels, même s’il n’existe pas de chiffre aujourd’hui, se dirige logiquement vers les bookmakers étrangers pour être dans les meilleures conditions possibles.

Votre lieu de vie

Evidemment, l’endroit où vous vivez sur la planète influera beaucoup sur vos objectifs financiers en tant que parieur professionnel. Que vous habitiez dans un petit village en Thaïlande ou en plein cœur de Paris, vous n’aurez pas les mêmes dépenses quotidiennes et vous ne devrez pas atteindre les mêmes objectifs financiers. Pour reprendre l’exemple de la Thaïlande, il vous suffira certainement de gagner disons 500€ en moyenne par mois pour vivre dans de bonnes conditions. Au contraire, il vous faudra plutôt gagner 1500 € en moyenne par mois à Paris pour pouvoir vivre (j’insiste sur le « en moyenne » car vous savez que le parieur professionnel n’a pas de salaire fixe). Et donc si on prend compte de cette comparaison, le parieur parisien aura peut-être besoin d’une bankroll trois fois supérieure au résident thaïlandais.

Psychologie

Tout est question de mental et de psychologie dans les paris sportifs. N’espérez pas devenir parieur professionnel si vous n’êtes pas encore sûr de vos capacités mentales. Le parieur professionnel a lui supprimé toutes émotions dans les paris sportifs, ne ressent plus de peur, de colère, de frustration : toutes ces mauvaises émotions qui font défaut à un parieur lambda.

Il est aussi question de la mise. Si du jour au lendemain, vous décidiez de réellement investir dans les paris sportifs et commencer avec un capital disons de 10 000 €. Est-ce que vous serez prêt à poser des mises disons de 100 € par pronostic ? Est-ce que vous supporterez de perdre plusieurs centaines d’euros dans un bad run ? Je ne pense pas, du moins pas au départ. C’est pour ça qu’il faut y aller étape par étape, et d’être vraiment sûr de ses capacités mentales.

Conclusion

Vous pouvez comprendre ici qu’il n’y a pas une bankroll minimum à avoir pour devenir parieur professionnel. Tout dépend de vos objectifs de votre situation, et du contexte général : coût de la vie, si vous avez une famille à nourrir, si vous voulez vivre dans de très bonnes conditions, s’il y a une fiscalité particulière dans votre pays, votre mentalité…

Si on s’en tient à la législation française, il est dit, depuis 1980, que « la pratique, même habituelle, de jeux de hasard tels que loteries, tombolas ou jeux divers, ne constitue pas une occupation lucrative ou une source de profits devant donner lieu à imposition au nom des personnes participant à ces jeux. » Mais en 2011, l’administration fiscale a déclaré que « les gains réalisés par les joueurs professionnels dans des conditions permettant de supprimer ou d’atténuer fortement l’aléa normalement inhérent aux jeux de hasard ». Alors que faire ? Car il faut savoir que quand on parie sur les bookmakers français, nous payons directement des impôts, et nos gains sont donc considérés comme nets. C’est d’ailleurs pour ça que les côtes françaises sont globalement plus faibles que chez nos voisins, et que le taux de redistribution par joueur l’est également.

Mais ce qui importe pour l’administration fiscale, c’est de savoir si les gains du parieur sont fréquents, pour qu’ils soient imposés. Or, on ne sait pas exactement ce que l’administration entend par fréquent : par mois, par trimestre, par an ? Car un parieur professionnel peut très bien passé un ou deux mois sans gagner d’argent grâce aux paris sportifs. Il existe donc encore un flou juridique, qui est plutôt favorable aux parieurs, car à ma connaissance, je n’ai jamais vu de litige et je n’ai jamais eu d’écho comme quoi un parieur professionnel avait été sanctionné car il n’avait pas déclaré ses revenus.

Envi de progresser dans les paris sportifs ? N’hésitez pas à rejoindre une communauté de parieurs gagnants ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.